Elle va aller à l'école

Image associée

1ère année, 2éme année, 3éme année.... On y est. Le moment tant redoutée est enfin arrivé. Les mains tremblantes, la gorge nouée je décroche mon téléphone :

"Bonjour, ma fille va avoir 3 ans en Octobre, j'aimerai avoir des informations sur l'inscription à la maternelle"

Le 1er contact est plutôt bon, la dame m'explique tout au téléphone et se présente. Elle est l'institutrice des petites et moyennes sections : Jackpot, j'ai pile poil la bonne personne au téléphone, viens donc le moment de poser LA question tant redoutée, celle qui me fait presque faire des cauchemars la nuit : 

"Faut impérativement qu'elle soit propre à la rentrée ?"
"Non, parce qu'on ne veut pas leur mettre la pression, et même si ils ne sont pas propre à la rentrée, ils le deviennent très rapidement car on va très souvent aux toilettes"

Et c'est pile poil le moment où j'ai repris des couleurs. Nous voilà mardi le jour de l'inscription, je suis stressée, elle, ne comprend pas grand chose de ce qui se passe. Je l'habille, la coiffe tant bien que mal, j'essaie de la convaincre de laisser Doudou et Tutu à la maison. Victoire ! Nous voilà prêtes pour l'école. On arrive devant le portail, l'animatrice nous accueil et nous emmène voir le directeur, il remplit les papiers et nous fait visiter l'école. Tout se passe bien, Bichette se tient tranquille et écoute quand on lui parle. Mais si la suite c'était aussi bien passé, cela aurait été trop facile !

Nous revoilà quelques semaines plus tard pour sa petite matinée d'intégration. On arrive à 9h comme prévus, plein de jeux sont installer sur les tables, elle y joue calmement .... jusqu'au moment ou tout bascule  : Ce fut l'heure de ranger ! Bichette n'est pas du tout de cet avis et décide de n'en faire qu'a sa tête. Je tente tant bien que mal de l'obliger à ranger, sans que l'instit ne s'en aperçoit et après moult batailles, elle fini par se calmer et s'assoir le banc... 3sec et demi. Malgré qu'il ne soit que 3 sur le banc, Madame décrète qu'elle n'a pas assez de place, et décide de pousser ses camarades. Je la reprend, elle se braque et repart jouer. Au moment de faire les activités, ça n'allait pas assez vite pour elle, alors elle s'est énervée, s'est braquée et elle est repartie jouer...  Et ce fut comme ça toute la matinée. Alors forcément on a eu droit à "T'es pas sage dis donc !" "C'est pas bien ce que tu fais là" Y'a eu un moment donnée ou elle était tellement énervée, que c'est la maîtresse qui est intervenue et l'a prise avec elle pour la canaliser, avec l'aide de doudou et tutu que j'avais embarquer dans le sac juste au cas où.

Comment vous dire que le temps m'a apparu atrocement long ? Que j'avais qu'une envie c'est dire "Ok je rentre on arrête tout !", j'ai dû passer pour une mère démissionnaire qui l'a laisse tout faire alors que d'habitude tout le monde s'accorde à dire qu'elle est très obéissante... A la récréation j'ai eu droit à une série de questions par la maîtresse, pendant que Bichette courrait au milieu des CM2 pour  attraper le ballon :
"Elle est de quel mois ? 
- Octobre
- Ah c'est pour ça, elle est encore très electron libre"

"Elle va chez la nounou ?
- Oui de temps en temps, quand je travaille en intérim
- Et ça se passe bien ? 
-Oui pas de soucis"

Et c'est comme ça que je me me suis retrouvée à lui sortir le même discours qu'elle à du entendre 3549 fois, car en tant qu'ex-animatrice on me l'a moi même balancer presque autant de fois "Non mais je vous assure que d'habitude elle pas comme ça !". Cette phrase qui m'a toujours sortit par les yeux, car je trouvais qu'elle ne voulait rien dire, mais c'est fou comme on peut reconsidérer les choses quand on passe de l'autre côté de la barrière... J'ai du être cataloguée "Mère démissionnaire" et elle "Enfant terrible". 

Au moment de partir, elle a refusé de dire au revoir à la maîtresse et à l'ATSEM, et c'est à ce moment là où mon coeur à balancer entre la pousser de la voiture en marche ou l'abandonner au milieu des loups en plein coeur de la forêt amazonienne. Pour le coup, je ne suis pas du tout sereine pour la rentrée, je pense que ce jour là, j'irai l'emmener et la récupérer avec une certaine appréhension, et je pense que je n'arriverai pas à la déposer l'esprit tranquille tant que je ne serai pas sûre qu'elle est réussi à s'adapter. Beaucoup m'ont dit de pas m’inquiéter, qu'elle finirai par s'y faire. J'espère qu'ils ont raison. En tout cas, ce jour là, j'aurai une grosse pensée pour l'instit qui en aura peut être 10 des comme elle.



Et pour vous, comment s'est passé la 1ère rentrée de votre chérubin ?

Commentaires