La roue tourne t-elle vraiment ?

 Afficher l'image d'origine


Depuis toujours, j’entends des " La roue tourne toujours" ou "Tout se sait/se paye un jour" mais plus le temps passe et plus j'en doute.

Depuis toujours je suis madame poissarde. Déjà dès la naissance j'aurai pu avoir le métabolisme de ceux qui bouffent comme quatre et ne prenne pas un gramme. Mais non, je suis de celles qui rien que de penser à une mousse au chocolat prennent 10kg et doivent courir un marathon pour perdre une bouchée.

A l'école, j'aurai pu être de celles qui ont des facilités, celles qui ont des bonnes notes, qui sont appréciées de tous, qui font de longues études, mais non j'étais des autres.

J'aurai pu être de celles qui ont boulot sympa ou l'ambiance est bonne, qui y va avec le coeur léger. Mais non, moi j'étais de celles qui  sont tombé dans une entreprise ou ça s'est mal passé, ou j'ai été harcelée tout le long, et pourrie pendant ma grossesse.

Alors quand j'ai rencontré mon doudou qui est encore plus malchanceux que moi les choses ne sont pas arrangés. Deux maffrés de la vie ensemble, ca ne pouvait pas faire Mr et Mme La Chance.

Ça à commencer quand on a voulu acheter une maison, on aurait pu être de ceux qui trouve une super baraque pour un bon prix. Mais non, on a eu la maison de notre budget (avec un seul CDI et deux smic) qui en plus a eu des propriétaires qui a un moment ce sont dit que mettre du carrelage blanc dans une entrée/cuisine ça serait une bonne idée.

Et puis on avait prévu un budget travaux, pour arranger la maison, qu'on aurait pu faire de suite... Mais non. La banque n'a pas joué le jeu et nous a donné  uniquement l'argent de la maison, et pour les travaux il nous fallait justifier d'une facture de 5000 euros. Chose qu'on a pas pu faire. Après négociation a eu l'argent mais c'était trop tard, le timing était passé.

Certaines ont une grossesse de rêve, moi non. J'ai rien gardé dans l'estomac jusqu’à 4 mois de grossesse.

Certaines accouchent par voie basse avec un peu d'avance... mais moi non. J'ai accouché 5 jours après terme et encore ca s'est fini en césarienne (je vous le raconterai plus tard).

Et au moment de reprendre le travail, ne pouvant pas prendre le congé parental, j'ai réduit mon activité de 50%. Oui mais... c'était sans compter la MSA et la CAF qui ont merdouillé entre elles et qui nousont laissé pendant plusieurs mois sans allocations, sans complément du mi-temps, et sans remboursement des frais de nounou... donc a tablé ou ? Dans l'argent des travaux. 

Je vais pas vous raconter tout ce qui peux nous arriver, mais vous l'aurez compris : une galère en chasse une autre, on sort d'un fossé pour tombé dans un ravin...

Et c'est pour ça que j'en viens à me demander quand la chance va t-elle nous sourire ? Pourquoi  certains ont tout ce qu'ils veulent alors que nous on en bave ? On m'a toujours dit que la roue tourne toujours, que tout fini par se payer un jour, mais plus le temps passe et plus j'ai du mal y croire.
J'ai l'impression que c'est le genre de chose qui n'arrive que dans les films. 

Et on est pas des cas isolés : Il a ceux qui perdent leur compagne(on), ceux qui perdent un enfant, ceux qui se retrouvent à la rue, avec des dettes, celles qui font fausse couches sur fausses couchent, qui mettent des mois à avoir un enfant... et c'est toujours sur les mêmes que ça tombent.

Alors je me le demande : La roue, elle tourne quand ?




Commentaires

  1. tu as eu un enfant, tu as un boulot, tu es propriétaire, en couple....c'est parfois aussi une façon de voir les choses de se considérer comme poissarde ou non... pour certains, d'avoir tout ça c'est la définition du bonheur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais quand t'as du mal à boucler tes fins de mois, que tu peux même pas te payer une sortie ciné car une emmerde en chasse une autre, alors que d'autres se paye des voyages je ne sais où, c'est pas forcément le bonheur non plus

      Supprimer
  2. Coucou Louanne ! J'avais tendance à penser comme toi il y a encore quelques mois. Ici nous ne sommes pas ce qu'on peut considérer comme des chanceux. Une peu comme vous, on cumule les em**erdes, on se dit qu'on a vraiment pas de bol. Rien de grave mais des tracas du quotidien (administrations, pannes etc.) qui te font péter un plomb. Mais un jour on a eu une discussion avec un de mes meilleurs amis qui me disait qu'il était un peu jaloux de nous, de notre situation. J'ai une femme que j'aime et qui m'aime, notre couple est dur comme le fer, nous avons une fille superbe. Lui il est seul... Nous sommes locataires et le rêve d'avoir une maison semble lointain, lui il est propriétaire depuis ses 25 ans... Nos fins de mois difficiles commencent entre le 10 et le 15 de chaque mois, lui il a un salaire convenable et ne se prive d'absolument rien... Comme quoi le bonheur...
    Après je te comprends terriblement bien, quand il t'arrive que des poisses, t'as du mal à voir les bonnes choses. Ces derniers mois nous avons cumulé pas mal de merdouilles et quand on nous disait : "Ouais mais tu as une famille super !", je me disais toujours "Ouais mais bon... Je ne suis pas ambitieux, je ne veux même plus qu'il nous arrive des bons trucs, juste pas de trucs du tout, ça nous ferait une pause !".
    Tu dois me comprendre sur ce point :P
    Mais je suis faible, je suis un éternel optimiste donc je me dis que la roue va effectivement tourner... Quand ? Bah euh....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sur certains diront qu'être en bonne santé avec un toit sur la tête et une famille suffit à être heureux mais comme tu le dis, quand t'arrête pas d'enchaîner les tracas au bout d'un moment ca pèse aussi et ça joue sur la qualité de vie. Surtout que comme je l'ai dit, c'est toujours sur les mêmes que ça tombe.
      Pareil je suis de nature à voir tout rose, mais plus ils nous arrivent de broutilles et plus je commence à voir le côté obscur de la force :)

      Supprimer
  3. Bonsoir Louane, je t'avouerais que comme beaucoup les tracas, les soucis de santé et les factures qui s'enchaînent sont un sujet récurant chez nous. Mais je pense que la "poise" est un soucis de point de vue, là ou tu pense être malheureuse et en galère, les personnes de ton entourage ne verront que ton bonheur de couple, de parents et de propriétaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien entendu, mais je pense que le bonheur est un "tout" il suffit pas juste d'avoir une famille pour se dire "j'ai de la chance" d'autres choses rentre en compte

      Supprimer
  4. c'est sur qu'il y a des galères qui nous empêchent de voir le coté positif de certaines choses.. mon mari est resté presque 5 ans au chômage, nous avons mis effectivement des mois a concevoir notre premier bébé, et les emmerdes avec les administrations étaient au top.. et puis depuis quelques années tout s'est arrangé petit a petit... cela dit quoi qu'il arrive je sais que je suis une privilégiée par rapport à beaucoup d'autres alors je ne plains pas (trop) bon courage ma belle, et profites des bons moments des qu'ils se présentent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement t'as quand même eu une très mauvaise passe :/ Comment tu tenais le coup à ce moment là ?

      Supprimer
    2. bah euhhh...en fait on tenait pas trop le coup... ça a été une période dure... d'ailleurs je pense qu'avoir un blog ça m'aurait bien aidé à ce moment là !

      Supprimer
    3. Je sais pas si avoir un blog ça aide tant que ça finalement.. Mais je comprend, ca t'aurait fait du bien de te défouler :)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire